LA CORSE D’HIER À AUJOURD’HUI

Il y a longtemps de ça, dans les années 1900, en Corse, la rencontre entre un homme et une femme n’était pas une chose évidente.

Lorsqu’une jeune fille quittait son foyer, c’était uniquement pour s’occuper des bêtes, prendre de l’eau à la fontaine ou encore faire la lessive à la rivière, souvent accompagnée de sa mère.
Entre taches ménagères, messes ou festivités, les sorties dans le village restaient donc occasionnelles.
La fille devait souvent seconder la maitresse de maison, s’occuper de ses jeunes frères/sœurs, faire la cuisine, le ménage ou la couture.

Mais il arrivait quelques fois, qu’un jeune homme vienne perturber ce quotidien...

Lorsqu’il apercevait la jeune femme dans le village, l’homme la suivait, se plaçait à une certaine distance d’elle, et attendait que celle-ci le remarque. C’est à ce moment là que le jeune homme sortait de sa poche un mouchoir blanc (« u falzettu »), qu’il tenait dans sa main gauche. Telle était la coutume pour une approche.

Lorsque la jeune femme n’était pas intéressée par ses avances, elle montrait son coude au prétendant. En revanche, lorsqu’elle était enthousiaste, elle sortait alors son mouchoir en signe d’acceptation.

A cette époque, les gestes avaient autant de pouvoir que les mots.

Aujourd’hui en Corse comme ailleurs, nous avons troqué le mouchoir de poche contre le smartphone, les SMS, les réseaux sociaux et autres sites de rencontres. Autant de facilité à communiquer grâce à ces nouvelles technologies, qui ont mené à bien des changements dans notre société. Mais est-il pour autant plus simple aujourd'hui de trouver l’élu(e) ?

Désormais, vous ne regarderez plus de la même façon, une personne agitant un mouchoir de sa main gauche face à vous... A vous d’interpréter si cela est un signe ou non ;-)



© CPA Ed. J. Moretti (Corte) N°675- Type de jeune femme corse
Savéria Giorgi-Silvani